Partagez|

{fini} « Cendres de Lune ▬ Aela.

InvitéInvité
MessageSujet: {fini} « Cendres de Lune ▬ Aela. Lun 6 Déc 2010 - 1:14

Cendres de Lune


&&

Themiskyra. Jolie cité amazone… C’est une routine à prendre. Le soleil décroit à l’horizon, j’y perds un temps mon regard empli de tristesse. Les jours passent… Et se ressemblent depuis La Chute. Je passe mes journées, perdue dans une cité où un temple jadis fut bâti en mon honneur. Je passe mes journées… a regarder une statue qui me ressemble et a essayer de lui faire la conversation pendant que des … femmes vêtues de cuir m’apportent des petits plats en espérant que je les aime, m’apportent des petits cadeaux venus des grandes villes, et restent toujours prés de moi au cas où j’aurais… Besoin de quelque chose comme elles disent. Je sais que c’est la faute de Krystéhal.. Je sais qu’elle leur a dit de me traiter comme la déesse que je devrais être. Et que je n’etais plus… Je sais que c’est de sa faute, elle a cette espèce d’envie de me rendre heureuse par tous les moyens. J’ai probablement eu de la chance de tomber sur elle au détour d’une rue… Elle est … Pas seulement mon élue. Elle est aussi une amie je pense…

Et je reste la… Les yeux dans le vide… dans le vague, à regarder le soleil qui se couche derrière les montagnes enneigées au loin. Je reste… La. Et je ne peux m’empecher de… penser ? De … déprimer… un peu aussi. L’air est lourd, l’humeur est… triste. Peut être que je regrette… Ce temps où je pouvais parcourir les terres et les forèts à la poursuite d’un cerf egaré ou d’une biche blessée… Bien sur que je regrette, les longues soirées entre nymphes dans l’eau limpide d’une source apaisante…. Et parfois bouillonnante. Certainement… Je regrette mon immortalité et pouvoir excercer mes pouvoirs… pour aider les jeunes filles… Pour répandre mon idée de la justice… propre. Comme cette fois passée … Comme tant de fois.

Le soleil n’est presque plus… Une de ces filles bardée de cuir s’approche de moi. « Vous devriez rentrer madame, il va bientôt faire nuit » Mais il ne fait pas encore nuit, et je lance un de mes regards glacés à la jeune blondinette qui repart en courant. Je n’ai pas répondu, je n’ai pas eu … besoin de répondre. Je n’en avais pas envie de toute façon. Je préférais rester la , immobile à fixer le soleil couchant… comme tellement de soirées auparavant. Je m’enfermais dans une sorte de mutisme lorsque s’en allait le jour, et la journée… mes discours étaient forcés, c’etait comme si je n’etais qu’un pantin qui s’obligeait à parler pour prétendre que tout allait bien. Mais tout n’allait pas bien. J’avais été déchue en même temps que les autres… Et pourtant, j’aurais juré à l’époque, que l’immortalité m’était facultatitve…. Or… Les temps étaient dur. Douloureux même… Et… Certaines choses acquises ne l’étaient jamais à durée indéterminée… Nous avions trop joués de nos privilèges, et nous nous retrouvions sans rien, plus bas encore que ces humains que certains d’entre nous considéraient comme des pions. Nous l’avions merité je suppose. Nous l’avions bien cherché.

Cette pensée ne suffisait pas à… apaiser les tourbillons qui se prenaient à jouer dans mon esprit et dans mon ame. Ma condition me manquait… Et je sombrais dans ce que l’on aurait pu qualifier d’etat dépressif… Un peu. Mais j’avais des phases. Quand je promenais dans les rues des grandes villes par exemple… je m’extasiais devant un rien. J’avais meme essayé ici même à Themiskyra de faire moi même la cuisine… Ce qui… avait été une erreur monumentale, j’avais brulé les céréales… Alors qu’il ne fallait pas les cuire autant… Et j’avais mis le feu à un rideau. On m’avait banni de la cuisine…

Cette pensée m’amena un léger sourire, et adossée à l’une des grandes colonnes de marbre blanc qui constituait l’entrée de mon temple, je ne remarquais pas les nuages de fumées, ou même les pas qui se rapprochaient de moi. Non.. .Je me perdais dans la contemplation du vague, et dans les souvenirs…
InvitéInvité
MessageSujet: Re: {fini} « Cendres de Lune ▬ Aela. Mar 7 Déc 2010 - 11:19

Ma journée avait été chargée. Car oui en effet j'avais eu une mission de la part de Gaïa, la déesse primordiale. Non seulement elle était ma meilleure amie mais j'assurais également sa protection. Et elle m'avais demandé d'aller transmettre ses hommages à la déesse Artemis. Une des déesses qu'elle appréciait le plus pour son amour pour la Nature et pour avoir passé plusieurs voyages avec elle à découvrir le monde. Les deux femmes étaient attachées l'une à l'autre et elles s'appréciaient vraiment ça se voyait. Et moi je respectait grandement Artemis qui le méritait je le pensais. Gaïa avait jugé bon, sachant la légère déprime de la déesse déchue – et je ne me ferais jamais à la qualifier ainsi – de lui envoyer une missive et un cadeau pour lui assurer de son soutien et sa présence à ses côté bien qu'elle ne soit pas toujours physique. Gaïa voulait au départ envoyer Dastian, mais il avait très justement fait remarquer que la déesse se trouvant à Thémiskyra il était plus judicieux d'y aller soit en personne soit de m'y envoyer. Et c'est la deuxième solution qui fut choisie puisque je refusais que Gaïa aille dans des endroits exposés seule. J'étais donc allée dans ses appartements le matin et elle m'avait confié d'une une missive écrite de sa propre main ainsi qu'un cadeau. Il s'agissait d'une couronne de fleurs qu'elle avait tressée à la main elle même à la base de fleurs séchées qu'elle avait cueillie sur Santorin. Je préférais ne pas savoir quand elle avait échappé à ma surveillance et s'était rendue sur Santorin pour les récolter. Les empaquetant dans une belle étoffe de soie brodée de fils d'argent et d'ors je mis les deux choses précieuses dans ma besace en peau d'animal et la passais en bandoulière. Après lui avoir rendu mes hommages j'allais aux écuries et après avoir demandé à Dastian de prévenir Delmos de mon absence au Bataillon sacrée pour quelques jours pour cause de mission pour Gaïa, je montais son fier Ankou et chevauchais vers la cité des Amazones.

Voilà quelques bonnes heures que je chevauchais vers cette cité où je n'étais encore jamais allée. Du moins pas seule. Certes j'avais la missive de Gaïa, mais est ce que j'y serais accueillie bien. Ils pourraient – et pas à tort – me prendre pour une ennemie. La crinière blanche d'Ankou flottait dans le vent et je le sentais sur mes bras. Je ne fis que deux arrêts un pour me rassasier, et un autre pour me changer alors que j'arrivais près de la cité. Gaïa m'avais prêté une de ses robes. J'avais pourtant refusé mais elle avait tellement insisté. Ainsi, parée d'une robe digne d'une princesse – que j'étais loin d'être – toute de blanche vêtue j'avais du abandonner mes bottes et mes habits de combat. Tunique qui m'arrive au dessus du genou, ceinture dorée a grosse boucle cheveux relevés en un chignon – peu élaboré – et des sandales dorées … j'avais presque l'air d'une femme et je me sentais comme vêtue d'un costume. Je remontais sur le dos d'Ankou et arrivait bientôt à la porte.

Bien entendu on m'arrêta et me dévisagea de haut en bas, j'avais toujours mon arc mon épée et mon couteau. Je ne m'en séparais presque jamais. Pas même pour dormir. « Je suis envoyée par la déesse primordiale Gaïa. Je ne suis qu'un messager et je viens voir Artemis, on m'a remis un présent pour elle. » je sortais de ma poche la missive fermée mais frappée du sceau de Gaïa. Je les vis murmurer entre elles et en vit une repartir vers le palais. Peut être allait elle chercher la déesse même si j'en doutais fortement. Mais tant que l'on ne me donnait pas d'autres indications je ne bougerait rien. J'étais loin de venir ici en ennemie.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: {fini} « Cendres de Lune ▬ Aela. Mar 7 Déc 2010 - 21:12


Le ciel était étrangement bas et lourd en cette soirée. Ou bien peut être… Etaient-ce mes pensées qui le faisaient paraître si lourd. C’était peut être cela … Pourtant j’étais bien traitée ici… Tout était agréable , la vie était tranquille. Mais moi… je ne voulais pas vraiment de cette vie tranquille, je mourrais d’envie de reprendre la chasse, de sentir la foret frémir sous les pas de ma meute… Je mourrais d’envie de retomber en osmose avec la nature. Comme avant.

Une légère brise ramena une feuille morte sur mon visage. Doux geste, je la repoussais, et me perdait quelques secondes dans sa contemplation. Telle cette feuille au final j’allais au grée du vent, le vent qui déciderait de l’avenir des dieux désormais déchus. Nous étions déchus. Bel et bien tombés de notre divin rocher… Et malgré ce que certains préparaient, je doutais qu’un jour… Nous puissions retrouver notre grandeur passée. Il faudrait vivre dans la mortalité, et en mourir… selon les lois de la logique. Nous perdrions tous la vie, nous quitterions tous l’existence. Certains avant les autres… et l’ére des olympiens ne deviendrait plus qu’une vieille legendes que les aèdes raconteront le sourire au lèvres. Et nous… ne serions plus la pour le voir. Tandis que les titans eux, ricaneront du haut de l’Olympe… Et peut être meme que certains d’entre nous les auront rejoints… se seront souillés par avidité… Qu’en sais-je … ? Et il n’y’avait dans mes pensées pas que ma deprime qui parlait. Non, il y’avait aussi ma logique. Il y’avait… Cette sensation que tout nous échappait. Que tout… M’echappait.

« Madame. »

Une voix derrière moi, une jeune amazone aux longs cheveux de blés, et aux yeux couleur lagon, me regardait avec attention, avec intérêt… et avec… Peur.

« Madame ? »

Comment s’appelait elle déjà… ? je n’en avais aucune idée, mais qu’est ce que cela pouvait me faire au final ? Je me contentais de la regarder mes yeux azur errant sur son corps, sur le temple derrière elle…. Dans le vide et le vague de la nuit qui tombait.

« Mmm…oui ? »
« On dit qu’il y’a quelqu’un qui essaye de rentrer dans la tribu, quelqu’un qui vous cherche, les gardes de l’entrée ne savent pas si elles doivent la laisser rentrer ou pas. Elle dit qu’elle vient de la part de Gaïa »

A ces quelques mots mes sourcils s’arcquerent dans une mimique intéressée. Voilà qui devenait intéressant dans ma soirée , peut être qu’un peu de … compagnie, peut être qu’une vrai conversation, loin de ces filles qui m’admiraient et qui donneraient leur vie pour moi sans me laisser placer un mot. Peut être que tout cela oui… Tout cela serait intéressant et m’aiderait à me sortir de ma torpeur… De ma … de mon inactivité si je pouvais dire.

« Je vais aller voir de quoi il en retourne. »
« Non. Non madame. Vous ne pouvez pas. Je dois vous protéger, ça pourrait être un danger. »
« Je prend mes propres décisions, et mes propres risques. »
Pas un mot de plus, je lançais un sourire desolé à la fillette en face de moi. Pas vraiment fillette, mais jeune femme… jeune fille dirons nous. Et je me mettais à marcher en direction de l’entrée de la cité. Bien sur, ce n’etait pas ce que la jeune femme avait voulu, elle aurait aimé me mettre à l’abbri, et maintenant elle devait regretter de m’avoir informé. Moi, je ne le regrettais pas… Les gardes de la cité auraient du m’informer immédiatement, ou laisser rentrer ma visiteuse après tout. Mais non… J’etais… Trop protégée. Et la surprotection menait bien souvent aux betises. Alors…

Enfin… La, je n’en faisais pas une ,j’en étais sure. Et c’est presque le sourire aux lèvres que je marchais jusqu’aux portes de la cité, esquivant les « vous ne devriez pas y’aller madame. ». Raah. Que c’était énervant tout ça.

Arrivant aux portes j’esquissais un sourire , un grand sourire. J’avais reconnu Aela, l’amie la plus proche de Gaïa, vêtue d’une belle …robe. Ce qui était… Surprenant de sa part. Non pas qu’elle n’ait pas de gout vestimentaire ou quoi que ce soit… Mais, c’était oui. Surprenant.

« Jolie tenue Aela. » Il n’y’avait plus personne autour d’elle, je supposais que les gardiennes de la porte étaient aller chercher… des réponses ailleurs sur la conduite à tenir. Je les avais dépassée… devancées. Ah… Le sourire me revenait je crois. Meme si je ne savais pas vraiment quoi dire au final.

InvitéInvité
MessageSujet: Re: {fini} « Cendres de Lune ▬ Aela. Mar 7 Déc 2010 - 23:37

Elles me regardaient des sourires gênés aux lèvres. Certaines même pas. Elles attendaient le verdict de savoir ce qu'il fallait faire de moi. Comme j'étais descendue de monture je gardais Ankou près de moi par ses rênes. Mais comme elles ne semblaient pas pressées de me renseigner, faire venir quelqu'un ou aller voir elles même je m'adossais à Ankou passant ma main dans sa douce crinière d'un beau blanc immaculé. Je l'aimais ce cheval, il m'avait suivi depuis toute petite. Et pourtant il devrait être bien vieux maintenant, mais non il avait toujours la même vigueur. Je soupçonnais que Gaïa y soit pour quelque chose. Mais ce cheval avait vu ma mère enceinte et lui avait servi de seul témoin alors qu'elle accouchait de moi. Et je lui devait d'ailleurs ce que l'on pourrait qualifier de mon nom de famille.

Elles finissaient par partir et je n'osais pas bouger de là où j'étais. Il ne valait mieux pas forcer les choses. Je n'aimais pas du tout la tenue dans laquelle je devais être et je me disais qu'il faudrait bien un jour que j'arrive dire non à Gaïa, mais voyez vous il est assez difficile de lui résister. Je me sentais déguisée et comme au carnaval. Cette tunique était trop fluide, ce n'était pas la quantité de ma peau qui était montrée ou certains tatouages qui étaient dévoilés. C'était juste le fait de … ressembler à une femme au foyer, même une princesse, pas une femme d'action, et j'étais une femme d'action. J'aimais le contact du cuir des mes cuissardes la sueur qui perle sur mon front, non rester enfermée ne me disait rien du tout.

Et je la vit apparaître. Elle était aussi jolie que la dernière fois que je l'avais vu, mais avec un petit quelque chose en moins, ses yeux habituellement si vifs et pétillants étaient devenues des aquarelles indistinctes et sur lesquelles planaient un drôle de mystère. Comme si elle avait perdu de son éclat en étant toujours d'une beauté aveuglante. C'était dur à qualifier. Quand elle me salua je m'inclinais devant elle et comme à mon habitude à chaque rencontre avec quelqu'un ma langue maternelle revenait au galop

« Demat resplendissante déesse, Demat. » un sourire illumina mon visage « Penaos ‘mañ ar bed ganeoc’h ? , comment va le monde pour vous » dis-je traduisant toujours mes paroles par habitude en cette contrée loin de Brocéliande et ma Bretagne natale. « Merci … » dis-je en faisant la moue. « C'est loin d'être ma tenue préférée. »

Je lui souris doucement et prenant la parole alors qu'elle semblait rester muette je lui disait la raison de ma présence ici. « Je chevauche depuis ce début d'après midi pour vous apporter un présent de ma maitresse et chère amie, Gaïa. » Prenant mon sac que j'avais laissé sur la selle d'Ankou je ne sortit pour le moment que la missive.

NB : la missive est simple elle dit « Chère amie, douce déesse, car oui même si nous sommes à présent au même niveau hiérarchique, vous serez toujours une déesse à mes yeux. Acceptez de ma part cet humble présent que j'ai confectionné moi même pour vous. Ces fleurs viennent d'un endroit qui est cher à mon coeur et où nous avons ensemble passé des moments heureux : Santorin »
InvitéInvité
MessageSujet: Re: {fini} « Cendres de Lune ▬ Aela. Mer 8 Déc 2010 - 11:56

J’avais de la compagnie. Ooouh que c’était agréable… Je commençais à me sentir comme une prisonnière malgré moi. Et je ne l’étais pourtant pas… Ou peut être que si. Est ce que c’était être une prisonnière que d’être traitée en princesse parmi des filles qui m’admiraient et qui m’aimaient… ? Est ce que c’était être une prisonnière qu’être surprotégée pour moi qui avait toujours aimé voyager, errer sans vraiment me fixer. Je pense que je pouvais dire que… oui ? Je me sentais enfermée dans une prison dorée certes…. Mais enfermée quand même.

Peut être qu’en fait je ne me rendais pas compte de la chance que j’avais. Peut être … que je ne réalisais pas encore que les temps étaient vraiment durs, que la protection que les filles de Themiskyra m’offrait était appréciable. Peut être qu’un jour je m’en rendrais compte… Parce qu’au final, j’aurais pu me retrouver ailleurs, perdue dans les ruelles d’Alexandrie, ou dans les lupanards de Spartes. J’etais plutôt belle après tout, et nul doute que beaucoup de mortels auraient voulu avoir la chance de … me faire perdre mon statut de vierge blanche. Heureusement ce n’etait pas prêt d’arriver. Non. Jamais. J’etais… Bien entourée. Par des gens qui respectaient mes choix, et même si j’etais un peu trop crédule, je savais quand même me défendre.

Pourquoi mes pensées déviaient elles ainsi… ? Aucune idée, mais je suppose qu’a trop rester inactive, il n’y’avait plus que mon cerveau qui fonctionnait, et qui fonctionnait un peu trop. Mais bref. Nos moutons… Hum. Je n’ai jamais compris cette expression humaine étrange « revenons à nos moutons »… Ca voulait dire quoi… ? Pourquoi était on parti loin des moutons déjà.. ? Bonne question, je la poserais à quelqu’un un jour.

Peut être que j’etais blasée, mais je me retrouvais face à Aela, que j’avais appris à respecter au fil des rencontres chez Gaïa, et je n’avais pas envie de laisser mes moroses pensées mettre une ombre sur la conversation. Si conversation j’arrivais à tenir. Allez jeune Artemis on se reprend et on sourit. Oh… J’avais réussi à esquisser un mot et a faire un sourire. Oui, bien sur, cela me ferait du bien de voir du monde, vraiment du bien. Voir un visage amical, non bardé de cuir et des tenues usuelles des amazones. Voix douce elle parlait, a demi dans sa langue natale, en me traduisant ce qu’elle avait dit. A mon grand regret son langage n’était pas l’un de ceux que j’avais appris , peut être que je pourrais… maintenant que j’avais le temps. Peut être oui… « Le monde est un peu trop oppressant en ces sombres journées » , sourire un peu triste sur mes lèvres, la clarté de mes yeux n’était plus celle qu’ils avaient pu avoir jadis … « Et qu’en est il de vous ? ». Je souriais un peu plus au fil des mots, sa tenue ne semblait pas lui convenir, et d’aussi loin que je m’en souvienne je ne l’avais jamais vu habillée ainsi, non, ses vêtements étaient plutôt semblables à ceux des guerrières d’ici. Elle semblait mal à l’aise dans sa robe, je pouvais la comprendre. Moi même… étais plutôt mal à l’aise dans cette robe , non pas parce que je n’aimais pas… Bien qu’en réalité je m’en fichais un peu de paraître belle ou élégante, mais parce que ce n’était pas la tenue d’une chasseresse… ce n’était pas la tenue que j’aurais du porter.

La robe n’était pas sa tenue préférée, voilà ce qu’elle venait de me dire. Je la comprenais, et je comprenais aussi que ce devait avoir été un caprice de Gaïa auquel elle n’avait pas su dire non. Je ne pouvais rien dire, au passé… dans l’age d’or que je regrettais maintenant, mes nymphes avaient été pareilles.

A ce moment de la conversation j’aurais du parler, dire quelque chose, mais j’etais quelque peu perturbée par ces pensées qui ne me lâchaient pas. Il ne se passait pas une seule seconde sans que je ne pense à l’Avant. Sans que je ne pense que tout jadis était mieux.

Un cadeau de Gaïa… ? J’arquais un sourcil, en laissant un sourire sincère se dresser sur mon visage alors que je prenais délicatement la missive qu’elle me tendait et que je commençais à la lire. Mon sourire se fit plus large, et je supposais avoir une légère lueur dans mes yeux, une lueur de vie. Il suffisait de peu pour me faire sourire visiblement, mais ce peu… était déjà beaucoup. Peut être même que quelqu’un d’observateur aurait pu jurer voir une larme se former dans le coin inferieur de mon œil droit. Mais en un sourire je la faisais disparaître. Les mots de Gaïa m’avaient touchés, elle était si… gentille avec moi. Tellement tendre et amicale. J’avais de la chance. Vraiment beaucoup de chance, et Aela en avait aussi. Santorin, le souvenir de cette ile m’apporta un nouveau sourire, et je réprimais une nouvelle fois les larmes. J’etais… Enfin, je devais tout de même garder une certaine contenance, et ancienne déesse ou pas, une femme ne devait pas éclater en pleur comme un bébé en repensant à tout ce qu’elle avait perdu.

« Merci de me l’avoir transmit. »
Cette fois c’etait un vrai sourire sur mes lèvres, et mon ton était doux et délicat. L’humeur était remontée en fleche, et j’avais un peu … hate de voir le présent dont il était question dans la lettre. Oui j’etais une gamine en ce qui concernait certaines choses. Pourtant je savais me tenir, et il y’avait probablement plus important. « Nous devrions amener votre cheval à l’ecurie, et si vous le désirez je ne doute pas que les filles seront ravies de vous préparer à manger. » . J’avais un ton attentionnée, un rien maternaliste peut être, mais je n’avais pas pu le maitriser, j’etais tellement vieille sous mes allures de femme… oh… Qu’importait, ça n’etait pas si important ça. J’etais… vraiment heureuse d’avoir de la compagnie. Et peut être meme que je pourrais lui faire visiter la tribu… De ce que j’en sache, elle n’y’avait jamais mis les pieds.

InvitéInvité
MessageSujet: Re: {fini} « Cendres de Lune ▬ Aela. Jeu 9 Déc 2010 - 23:29

JE ne savais pas pourquoi la déesse avait l'air aussi morne et triste mais je savais une chose : j'allais essayer de lui remonter le moral autant que Gaïa l'aurait fait à ma place. Oui je la représentait, je représentais ma déesse. Alors je devais faire honneur à ses qualités et une de celles ci était de toujours vouloir aider et remonter le moral de ceux qu'elle aime. Mais est ce que moi, simple archère celte, bretonnante je pourrais réellement l'aider. Après tout je ne savais rien de ce que ça faisait d'être déesse. Et du jour au lendemain tomber de ce trône. Gaïa parlait très peu de ça. Et je savais qu'elle avait une rancune tenace envers les Déchus pour cela. Mais pas pour Artemis. Il fallait dire qu'elles avaient beaucoup en commun. Mais moi, pauvre combattante solitaire, qu'est ce que je pouvais bien faire? Enfin … j'essayerai.

« Il en est de même. Si Gaïa refuse de prendre parti je ne peux faire autrement, mais étant dans le Bataillon Sacré mon choix est également fait. » je souris. Oui c'était difficile, je savais qu'elle refusait de prendre parti la dedans. Personne ne voulait d'elle des deux côtés et elle ne s'en offusquait pas. Mais moi je savais que je me battrais pour les Dieux. Par que je les aime ou autre, mais parce que je pense qu'ils pourront apprendre de leurs erreurs en ayant dénigré nous pauvres humains s'ils reviennent au pouvoir. Peut être qu'ainsi on aura un équilibre plus logique et adéquat.

Je souris en lui tendant la missive et observait ses réaction quand elle la lisait. Oh je n'avais pas lu le contenu de la missive, loin de moi cette idée. Mais voir la déesse illuminer son visage d'un sourire était agréable à voir. Et ce détail n'échapperait pas aux oreilles inquisitrices de Gaïa a mon retour. « Mais de rien. C'est un plaisir de le faire. » dis-je en réponse. Puis elle proposa de mener le cheval à l'écurie. « Merci beaucoup, oui je crois que mon fidèle Ankou est un petit peu fatigué de la route. » je pris ses rênes et la suivait vers le palais. Quand elle proposa de manger je me mis à rougir, c'était vrai que j'étais affamée. « Merci beaucoup mais je ne veux pas leur donner de travail supplémentaire. J'ai quelques choses à grignoter dans ma besace. »

Arrivées à l'écurie je laissais Ankou après avoir déposé un baiser sur son front. Une jeune femme s'approcha de lui et je souris oh il fallait faire attention avec Ankou, il était très doux avec certains, mais quand il ne connaissait pas les gens … mais elle restait calme et le respectait alors il n'y avait aucun doute qu'elle gagnerait sa confiance rapidement. Me retournant vers Artémis après avoir pri mes affaires je lui souris brièvement « Bien, je vous suis. »


InvitéInvité
MessageSujet: Re: {fini} « Cendres de Lune ▬ Aela. Ven 10 Déc 2010 - 18:59

Et puis c’est le temps qui passe. Nous payions au prix fort les imbécilités de certains. Je n’aurais pas du payer, mais cette légère pensée égoïste me montrait bien que je méritais comme mes frères ce qui m’arrivait. Ce qui nous arrivait. C’etait le destin qui avait choisi. Mais tout de meme. Pourquoi permettre ça aux titans. Pourquoi laisser des sanguinaires pouvoir se servir des humains à leur guise. J’etais… Stupefaite par ce stupide coup du sort. Et je grommelais intérieurement. Ce qui ne faisait qu’accroitre ma deprime. Enfin. Stop la deprime un peu. J’avais de la compagnie, agréable en plus. Jeune guerrière qui me changeait de la compagnie d’autres…. Guerrières. Oui bon, celle la était différente. De une, elle était une amie proche de Gaïa, qui m’était très chere, et de deux… Elle n’etait pas d’ici.

Oh puis qu’importait. Nous echangeions quelques mots. Oui bien sur… Elle était dans le bataillon sacré elle aussi, comme Krystéhal. Des humains qui défendaient les dieux. Ou du moins qui les aideraient. Oui. Peut être que tout n’etait pas perdu. Peut être… C’était difficile. Et c’était encore plus difficile pour Gaïa. Je le savais… Elle refusait de prendre parti. Je la comprenais en un sens. Et peut être que je faisais pareil au final, car meme si j’etais… pour le retour de nos divins status, je n’etais pas prete à prendre les armes pour ça. C’était égoïste… En un sens j’attendais que les autres se battent pour moi. Comme une lache que j’étais. Rien que la pensée me fit grommeler intérieurement. Et je me dépêchais de lire la missive de Gaïa. Misive…. Qui me fit sourire. Au moins, tout n’était pas … perdu pour la soirée. Non. Tout n’était peut être pas perdu. J’avais su retrouver le sourire. Grace à quelques mots. Et a l’idée que j’avais une amie quelque part. C’était… rassurant. Non ?

C’est ainsi que je glissais la missive dans une des poches de ma tenue, pour la garder près de moi et je proposais à Aela d’aller manger quelque chose après s’être occupé de son cheval. Je la menais sans mot dire jusqu'à l’ecurie et ne faisait aucune remarque quand à sa repartie sur le travail supplémentaire des amazones. Pas encore du moins.

Voilà. Nous avions laissé le cheval, a une jeune amazone assez aguerrie. Je ne me rappelais pas de son prénom. Eldora, ou quelque chose comme ça… Eltora. Alambra. Je ne me rappelais d’aucuns noms de toute façon, je préférais mémoriser les noms des constellations, elles m’avaient tant aidées à me repérer à l’epoque. Ah. Revoila la deprime. Acte… Je ne sais combien. C’était tellement blasant au final.

Je vous suis. Me dit elle. Et j’esquissais un sourire alors que nous marchions vers ce que les filles appelaient un réfectoire. C’etait une petite hutte bien battie, avec de longues tables et des bancs confortables, le tout formant un cercle dans le quel parfois le soir nous avions droit à des legendes ou des représentations de saltimbanques. Très agréable tout ça. Si l’on aimait la vie en communauté. Mais… de toute façon pour le moment nous étions quasiment seules sous la hutte.

« Vous savez, elles seront ravie de vous préparer quelque chose à manger, elles sont très fière de leur cuisine, encore plus depuis qu’elles ont goutées à la mienne. »

Un léger sourire. Oui, c’était sensée être une plaisanterie. Ou du moins un mot d’humour. Peut être que la bonne humeur faisait des va et vients… Peut être oui.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: {fini} « Cendres de Lune ▬ Aela. Lun 13 Déc 2010 - 13:33

Je sentais bien que quelque chose n'allait pas chez la déesse. Mais je ne savais pas si c'était ma place ou non de lui en parler ou de lui demander ce qui n'allait pas. Je n'était pas au même niveau qu'elle, du moins je le pensais. Pour moi, des personnes telles que Gaïa ou Artemis étaient toujours des déesses. Même si on leur avait retirés leurs pouvoirs, qu'elles vivaient sur terre. Elle étaient, avait été et seront toujours des divinités auxquelles on devait le respect et la loyauté. Je savais que Gaïa parcourait le monde depuis beaucoup plus de temps qu'Artémis, mais je ne la connaisais pas avant qu'elle ait été évincée de l'Olympe. Peut être qu'elle aussi avait eu des moment difficiles à devoir s'adapter à la vie en société et surtout parmi les humains. Mais elle avait réussi et il fallait reconnaître que devoir s'occuper de Dastian si tôt l'y avait peut être un peu forcé. Elle avait du s'adapter rapidement, peur être un petit peu trop, mais au final ça lui avait servi.

Je souris doucement continuant à me demander ce qui se passait dans la tête de la si jolie déesse. Et poliment la suivit vers l'écurie ou je laissais mon fier Ankou à une amazone. Puis elle insistait pour que je mange quelque chose ajoutant que les amazones seraient ravies de faire à manger pour moi. Je lui souris en l'entendant parler de sa cuisine. « Bien, d'accord, je ne voudrais pas les décevoir ou les priver de cette joie. » je souris en la regardant marcher pour me mener à cette hutte où nous étions les seules ou presque. « Mais je doute que votre cuisine puisse être pire que la mienne. Gaïa me fait souvent la remarque que ça serait un excellent poison pour nos ennemis. » ajoutais-je un grand sourire aux lèvres. « Je soupçonne même qu'elle laisse des plats que j'ai fait dans la cuisine afin de « régaler » quelques intrus qui voudraient entrer. » je soupirais « Enfin entre Dastian et moi personne n'aurait le temps d'arriver à la cuisine. » je me mis à rire doucement. C'était agréable de parler, de me reposer un petit peu.

Artémis s'assit à une table et je m'asseyais en face d'elle. Puis posant délicatement ma besace sur la table à mes côtés j'en sortait l'étoffe dans laquelle j'avais enveloppé avec soin la couronne de fleurs de Santorin confectionnée par Gaïa. Sans rien en dévoiler je posais le petit paquet devant la déesse attendant de voir sa réaction.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: {fini} « Cendres de Lune ▬ Aela. Mer 15 Déc 2010 - 21:59

Nous etions enfin arrivés dans le refectoire, et nous etions assise face à face, tandis que nous continuions de parler un peu. Ma cuisine... La cuisine des amazones, et puis la cuisine d'Aela. J'esquissais un leger sourire. Oui... Oui... Un sourire. Les rares sourires que font les depressifs valent souvent de l'or. Peut être que .... celui ci en valait beaucoup ? Des pieces tintantes... Je n'avais pas non plus la notion de ce qu'etait l'or. J'etais comme un nouveau né trop vite laché au monde. Je n'avais pas ... connu toutes ces futilités de l'être humain qui lui permettait de vivre. J'etais un peu... perdue. Un peu tu dis... ? Bien. Pour faire plaisir à ma voix interieure, je dirais même que j'etais beaucoup perdue. Mais... Chut. C'était pas possible de penser par soi même parfois? ... Non... Parce que tout seul on etait... cruellement au courant que l'on était... vraiment seul. Je me perds peut être un peu dans le fil de mes pensées...

La cuisine... ? Ca avait... l'air. Vraiment humain la vie, entre Gaïa, Dastian, et Aela. Ils avaient ce que je n'avais pas malgré tout l'amour que les amazones me procuraient... Ils avaient une sorte de famille... Nous... Les dieux... La famille ça n'avait jamais été ça. Un père degeneré... Une mere morte... Une belle mère jalouse comme pas deux, un vrai frère encore plus protecteur que la belle mere est jalouse... Et une floppée de demi freres... Le tout un peu deviant, la plupart s'amusant des humains... Pourquoi n'avais-je jamais aimé l'Olympe d'aprés vous ? Mes nymphes et les forets du monde etaient bien plus attrayantes. Mais ça n'avait jamais été la chaleur d'un foyer... Ou les bras aimant d'un membre de la famille. Je n'avais ... il faut dire que jusqu'a present je n'en avais jamais ressenti le besoin. Bonjour je suis ta deprime. Le retour. Merveilleux. Je n'irais jamais mieux. ... ? Pourtant j'esquissais un maigre sourire, en repensant à la maniere dont j'avais été chassée de la cuisine. Par une chef cuisiniere trés enragée...

« J'ai tout fait brulé. J'ai essayée de faire cuire des cereales... Et j'ai mis le feu à une partie de la cuisine. Et a une de mes robes. Depuis elles m'interdisent d'approcher... Je ne sais pas vraiment pourquoi. » Leger sourire encore sur mes levres. Oui c'etait un des bons souvenirs, mais ça montrait en fait a quel point j'etais une incapable en ce qui concernait les affaires humaines. Non. J'etais vraiment... Vraiment... nulle quoi. Petit soupir. Moui... Bon... Qu'importait ... ? Elle venait de poser un paquet sur la table, et je le regardais avec des grands yeux. Et puis je rougissais un peu. Elle l'avait posé devant moi aprés tout... « C'est ... pour moi ? » J'avais des grands yeux brillants. Un peu comme les yeux d'une enfant. Oui... Aprés tout .... Je... Oui. J'avais beau avoir été une deesse, l'habitude des offrandes, tout ça , tout ça. Ca n'etait jamais sans demande cachée... Tous les cadeaux que l'on me faisaient etaient la pour un benefice du donateur. Je ne ... C'est peut être pour ça que je rougissais. Non... Je n'etais pas habituée.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: {fini} « Cendres de Lune ▬ Aela. Sam 18 Déc 2010 - 15:20

J'aimais beaucoup notre petite communauté avec Gaïa et Dastian, nous étions entre nous et ça marchait bien. Bon pas quand le jeune homme avait refusé mes avances, mais … ne général les choses allaient bien, on se taquinait entre nous. Oh on était conscient de la hiérarchie entre nous, mais Gaïa n'était pas trop à cheval sur les principes. Et nous la respections c'était certain. Elle était la figure maternelle. De tout le monde certes, mais même à la maison. Aussi ça me faisait rire quand elle déclarait n'avoir aucune fibre maternelle. Elle en avait plus que moi en tout cas c'était sûr.

Je souris en entendant le récit d'Artémis. Elle avait tout fait brûler ainsi qu'une de ses robes. Je ne put m'empêcher de sourire plus largement. « Hm je ne vois pas non plus. » je souris doucement et la regardant dans les yeux, qu'elle avait fort joli il faut avouer. « Moi la dernière fois j'ai utilisé une herbe qui s'avère toxique quand on la cuisine. Je te dis pas comment on a été malade après. Heureusement que c'était moi qui avait fait la cuisine, ça ne serait pas passé » je souris doucement et mettais une mèche de cheveux derrière mes oreilles. « Mais on en rigole maintenant. » je la regardait toute sourire « Je pense qu'on devrait prendre des leçons de cuisine! Si mes parents me voyaient ils auraient une de ces hontes! » dis – je en pensant a leur tête d'ils savaient ça. Mais je n'avais jamais été matière à être une bonne épouse et mère au foyer.

Je souris en l'entendant demander si c'était pour elle, comme une petite enfant qui n'est pas sûre si le cadeau qu'on lui présente est pour elle. Je ne répondais pas et me contentais de hocher la tête. JE poussais le petit paquet devant ses mains. En attendant qu'elle l'ouvre. Ça n'était pas une offrande, je savais bien que Gaïa n'attendait rien du tout en retour.

Entre temps une jolie amazone vint nous demander ce que vous voulions manger. Poliment et avec un grand sourire « Ce que vous voudrez ne vous inquiétez pas je mange de tout , ne vous donnez pas trop de travail surtout! » je souris et reposais les yeux sur la déesse en face de moi.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: {fini} « Cendres de Lune ▬ Aela. Dim 19 Déc 2010 - 13:03

En écoutant Aela, je ne pouvais m’empecher de sourire, sa simple présence, rassurante. Un peu comme une amie…. ? Quelqu’un de bienveillant… Quelqu’un de sobre oui. Quelqu’un qui ne serait pas à mes genou en train de me vénérer, ou derrière moi me visant d’une fleche. Quelqu’un avec qui je me sentais bien en somme… Et puis, ses paroles étaient douces, amusantes. Des leçons de cuisines, disait elle, oui, elle n’avait probablement pas tort. « Peut être oui. Mais ce n’est pas ici que je risque d’en prendre, je crois que la cuisinière me boude un peu. ». L’atmosphere était détendue. Ma deprime s’en allait peu à peu. Les choses… allaient de mieux en mieux peut être. C’était peut être ce qui me fallait.

Et je regardais comme une enfant le paquet devant moi… Elle ne parlait pas, mais son geste me fit comprendre que c’était pour moi. La lueur dans mes yeux s’intensifia. Je n’avais… vraiment pas l’habitude. Il y’avait cet arc que mon demi frère divin m’avait offert, et il y’avait eu ce que père avait daigné me donner, mais ce n’étaient pas vraiment des cadeaux.. Non. Ca en revanche, c’était peut être l’un des premiers cadeaux de ma vie. C’est pour cela que j’en faisais tout un plat. J’etais… vraiment stupide peut être. Je devais en tout cas paraître ridicule. J’esperais qu’Aela ne me juge pas pour ça. Non, elle n’etait pas ce genre de personne, et moi j’etais encore une enfant face à certaines choses. Une enfant de 30 ans d’apparences, et âgée de tellement d’années que je ne saurais le dire.

Lentement, je défaisais le tissus qui recouvrait le cadeau. Le cadeau. Le cadeau. Pour un peu, j’aurais sautillé sur place. C’était donc ça que ressentaient les enfants lors du solstice d’hiver ? En ouvrant les cadeaux. Oui. Peut être. Lentement, délicatement, comme si je procédais à une opération très risquée je libérais la chose de son emballage, et je me fendais d’un immense sourire. C’était une couronne de fleur séchées, qui selon Gaïa, provenaient de Santorin, merveilleuse ile si il en est. Alors je souriais. Je souriais encore, en laissant mes mains courir sur la couronne.

« C’est vraiment magnifique. »

J’avais parlé. J’avais brisé le silence qui s’etait installé. Qu’en ferais-je ? Je la garderais toujours prêt de moi ? Peut être dans la chambre qui m’était attribuée ? Peut être sur moi meme, pour l’heure je me contentais de la garder posée devant moi. En souriant.

« Vous remercierez Gaïa de ma part. » Mais je réfléchissais déjà à un don à lui envoyer en retour. Pour lui montrer à quel point j’avais apprécié. Ou peut être que je pourrais aller la remercier en personne… Un séjour à Elefteri ne pourrait que me faire du bien après tout. Je souriais encore. Rien de tel qu’un petit cadeau pour faire partir la deprime… Non ? « Ou peut être que je viendrais la remercier moi même. »

A nouveau je souriais et c’est toujours souriante que je m’addressais moi aussi à l’amazone qui venait savoir ce que nous voulions, lui demandant juste quelques céréales, les leurs étaient vraiment délicieuses en fait. En plus d’êtres de bonnes guerrières, elles avaient énormément de gout… Beaucoup, de qualités a vrai dire. Le seul défaut que je leur trouvais pour le moment était d’être trop protectrices envers moi.

Nos plats devant nous, je reprenais une conversation normale avec Aela. « La route depuis Elefteri n’a pas été trop epuisante ? »
InvitéInvité
MessageSujet: Re: {fini} « Cendres de Lune ▬ Aela. Mar 21 Déc 2010 - 0:11

Je souris doucement en la regardant déballer son présent. Oui je savais que ça lui plairait, et Gaïa aussi, sinon elle ne l'aurait jamais confectionnée ni envoyée à Artémis. La gratitude dans les yeux de la déesse ne pourrait jamais être retranscrite par quel mots que ça soit quand je le raconterais à ma déesse. Mais j'essayerais au mieux. Quand elle me disait qu'elle trouvait la couronne vraiment magnifique je hochais de la tête. C'est vrai qu'elle était jolie Gaïa avait du passer beaucoup de temps dessus. Je la savais perfectionniste et l'imaginait bien s'énerver parfois dessus en la voulant parfaite. Je souris largement Artémis et lui répondit doucement.

« Oui je n'y manquerais pas. Ça lui fera plaisir de savoir qu'elle vous plait. » puis elle émit la supposition de venir la remercier en personne. Je souris doucement. « Elle en serait ravie. Mais faites attention à vous, les chemins sont peu sûrs parfois. On ne sait ce qui peut rôder, surtout pour une déesse comme vous. » un sourire bienveillant illuminait mes lèvres.

A son tour elle demandait de la nourriture, des céréales. Ça devait être exquis. Je souris alors que la jeune amazone repartait en cuisine je supposais. Rapidement les plats arrivaient et je commençais à les gouter, ils étaient exquis. Je levais la tête pour regarder les amazones qui nous observaient et leur dit très sincèrement et poliment « Vraiment délicieux, merci beaucoup! » avant de reprendre une bouchée. J'avais une faim d'ogre en fait.

Quand Artémis me demandais si la route n'avait pas été trop épuisante je souris et posais ma fourchette un instant pour pouvoir lui répondre. « Oh non pas vraiment, disons que je suis habituée à de voyages bien plus longs et contraignants que ceux ci. » je bus une gorgée de boisson avant de reprendre « Mais je portais rarement de cadeau aussi estimé sur moi. Donc j'ai pris tout mon temps afin qu'il n'arrive aucun encombre. » je continuais à manger de ce délicieux plats dont je n'oserai jamais demander la recette par simple peur de la détruire en essayant de la reproduire.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: {fini} « Cendres de Lune ▬ Aela. Jeu 23 Déc 2010 - 15:00

Le présent m’avait réellement touché. Avoir un cadeau comme ça… Oui. Je… C’était merveilleux. Je me sentais vivante. Je me sentais heureuse. J’esperais avoir l’occasion de montrer à Gaïa combien j’avais aimé cette chose la. Combien j’avais aimé sa petite attention, pas si petite que ça d’ailleurs. Non. Vraiment il me semblait que le mieux a faire était d’y aller moi même. Pour la remercier. Oui. Ca y’est. L’idée se glissait dans mon esprit et faisait son chemin. J’irais. J’irais. J’irais. Un jour j’irais. Je prendrais une des juments et je ferais la promenade jusqu'à Elefteri ! Laaaaaa. Tout serait bien. Bien sur . Oui. Oui. Oui. Rien que cette petite idée en tete et je venais de trouver un but à ma vie, ou du moins à mes journées prochaines.

Petit sourire sur mes lèvres, j’ecoutais Aela me dire que les chemins n’etaient pas très surs… Oh… Ce n’etait pas si grave non ? « Je n’en doute pas, mais je suppose que certaines personnes ici… ne me laisseront pas partir seule. » Maigre sourire pendant que je haussais les epaules. J’etais… surprotégée. C’etait lassant. Trop lassant. Epuisant… Oui. Vraiment. Enfin… Qu’importait ? C’etait probablement pour mon bien, pourquoi donc sinon ? Hein…. C’etait pour mon bien et je n’etais pas fichue de m’en rendre compte. C’était obligatoirement cela.

De toute façon si ce n’etait pas cela je ne savais pas ce que c’etait… Long soupir. Qui s’estompa quand la nourriture arriva devant nous. Je n’avais pas très faim, mais c’etait vrai que c’etait très bon. « Elle a raison. C’est délicieux. Une fois de plus. » rajoutais je a l’egard des amazones cuisinières qui nous regardaient. Oui j’etais polie… Qu’est ce que vous croyiez ? Etre une déesse n’empechait pas le savoir vivre. D’autant plus que je leur étais vraiment… redevable de tout.

La conversation avançait lentement ,le voyage, le transport. Tout ça… Tout ça. Et nous mangions en meme temps. C’etait agréable. C’était ça les conversations sympathiques… Les repas a plusieurs… ? C’etait ça le dialogue.

J’osais enfin… poser la question qui me venait en tete…. Oui. J’osais. Ah. « Est ce… je serais un poids si je venais avec toi lors de ton retour à Elefteri ? » Ce n’etait peut être pas… formulé comme il le fallait mais l’idée était la. Avec elle et elle seule les amazones me laisseraient repartir.... Bon certes, elles enverraient une delegation à ma recherche à Elefteri... Certes, j'aurais quand meme la sensation d'être surveillée. Mais... C'etait un bon comprommis peut être. Et puis il etait sur que j'aurais preferé passer le voyage avec elle qu'avec des femmes qui me regardaient comme si j'etais une princesse incapable.... Vraiment...

Esquissant un sourire triste, je me concentrais sur le fond de mon bol.

InvitéInvité
MessageSujet: Re: {fini} « Cendres de Lune ▬ Aela. Ven 24 Déc 2010 - 0:56

Ah tu m'as un peu devancée je comptais proposer à Artémis de venir faire un tour dans les alentours au moins pour la changer des amazones Smile

Je pouvais dire, sans me tromper que le présent l'avait touchée. Elle semblait heureuse et à la fois étonnée. Comme s'il était inhabituel de recevoir des cadeaux, n'était elle pas déesse après tout, ou l'avait été du moins? Mais peut être que c'est mon innocence et ma candeur qui me font croire qu'un cadeau fait à une déesse n'était pas dirigé. Je n'en savais rien après tout. Je n'en avait jamais fait qui étaient dirigés. Ou du moins je ne les appelais pas cadeaux mais offrandes. Je lui souris. Oh si elle voulait venir nous voir à Elefteri il n'y avait aucun problème, Gaïa en serait heureuse.

« Je vois. » dis-je dubitative continuant à la regarder. « C'est gentil et c'est une bonne intention, mais je crois que je ne supporterais pas d'avoir des gens sur mon dos tout le temps, même si c'est pour mon propre bien. » je souris doucement « Je n'aurais pas votre patience. Et avec ma langue de vipère j'en aurai blessé plus d'un. » dis-je en étant tout à fait honnête, je ne supportais pas que l'on veille sur moi, ou s'occupe de moi, j'étais grande, je savais me défendre, alors qu'on me laisse le faire. J'étais indépendante, je ne disais pas ça pour l'embêter ou la faire se sentir mal à l'aise, au contraire, je voulais lui dire que si ça l'énervait je pouvais le comprendre.

Le repas était absolument délicieux, divin. C'était tellement agréable de manger de la bonne cuisine. Je les remerciais une nouvelle fois de la tête avant de continuer à dévorer avec grand appétit ces délicieux plats. Quand Artémis me parlait de savoir si je ne la sentirais pas comme un poids si elle m'accompagnais en retour à Elefteri, je souris. Elle avait eu une idée plus loin que la mienne. « C'est assez amusant ce que vous me demandez » je souris doucement et pris une gorgée puis deux de ma boisson délicieuse et plutôt sucrée. « J'envisageais de vous proposer de vous joindre à moi pour une petite balade. » je souris faisant apparaître une fossette au creux de ma joue. « Je ne pensais juste pas que vous voudriez ou accepteriez de repartir avec moi jusqu'Elefteri. » je souris doucement et ayant fini mon assiette reposais la fourchette « Mais non votre compagnie sera très agréable bien au contraire, vous ne serez jamais un « poids » pour moi comme vous le pensez. C'est avec plaisir! »

Je souris doucement. « Et puis Gaïa ne s'y attendra vraiment pas. Je suis sûre qu'elle vous gardera chez nous. Et je vous promet que je ne ferai pas la cuisine, je ne voudrais pas vous intoxiquer. » je commençais a beaucoup parler ça voulait dire que j'étais en confiance, que je l'appréciais. « Mais ça va être sympa tout les quatre! » J'espérais ne pas l'ennuyer, c'était rare mais j'imaginais déjà la scène, tout les quatre dans le salon à rigoles, parler, se détendre. « Pardon je parle un peu trop. »
InvitéInvité
MessageSujet: Re: {fini} « Cendres de Lune ▬ Aela. Ven 24 Déc 2010 - 2:33

Nous parlions Aela et moi, pendant le repas… Après qu’elle m’ait transmis un cadeau de Gaïa. Pour un peu, si je n’avais pas été aussi brisée… J’aurais cru que les meilleures des choses m’arrivaient. En fait, c’etait un peu le cas. J’avais l’impression d’être… d’être avec une amie. Meme si je doutais avoir la chance d’être cela dans son regard, c’est vraiment l’impression que j’avais la, en dégustant ce repas tout en parlant de tout et de rien. Elle avait compris mon allusion aux milices d’amazones qui ne me lâchaient pas d’une sandale… Je sais… Je sais… Ne revenons pas la dessus elles pensaient bien faire, et leur reine étant… totalement… Decidée à ce que je continue à me faire traiter en déesse. C’était… tendre et chou comme attention. Mais non. Je… Ca ne me faisait que déprimer d’avantage. J’esquissais un sourire triste et un rien blasé en direction de la jeune celte.

« Ce n’est pas l’envie qui m’en manque, mais je me dis qu’au bout du compte, elles font ça pour me protéger. Je suis tellement… Enfin, j’ai l’impression d’être tellement faible, qu’un coup de vent pourrait me faire tomber.» Un léger soupir traversa mon corps alors que je perdais mon regard vers le fond de mon verre de jus de fruit. « Mais… Je sais que je ne suis pas si faible que ça, et qu’il faut me laisser ma chance. C’est tellement… Compliqué de réfléchir parfois. » Nouveau soupir, accompagné du plus triste des sourires. Tristesse qui disparut bien vite alors que mes yeux se posaient sur la couronne de fleurs ,et que j’evoquais avec Aela la possibilité de la suivre à Elefteri. Visiblement, elle avait songé à me proposer une ballade, et je me sentais un rien rosir quand elle me dit que je n’etais pas un poids pour elle. Je n’etais pas habituée à … la gentillesse… Et aux mots sympathiques. Non en fait… J’etais… handicapée des relations humaines… C’etait un poids pour moi… Mais je souriais. C’était tout ce qui comptait.

« Merci. J’aurais… Appréciée la ballade aussi. » Un petit sourire, pour lui signifier que meme si je l’avais dépassée dans les pensées, son intention était tout a fait adorable. Vraiment…. Je me sentais … Choyée. Ca faisait un bien fou. Et plaisir. « Et le plaisir… sera partagé. » Leger rougissement. Non. Je n’avais pas l’habitude… Pas l’habitude du tout… C’etait peut être triste de se rendre compte de ça. Mais la joie à nouveau chassait la tristesse ! L’idée de faire la surprise à Gaia m’emerveillait au plus haut point ,et peut être que mon sourire me donnait l’air débile, mais en posant la cuillère de bois a coté du bol désormais vide, je rayonnais presque. « Ca me va. J’espere ne pas la déranger, et surtout, qu’elle sera contente de me voir. »

Et puis Aela dit quelque chose à propos du fait que ca serait sympa nous quatres, je souriais. Elle m’incluait dans leur petite vie de famille, j’en aurais presque gazouillé…. Mais je savais me tenir quand meme… Un peu. Alors je me contentais de lui sourire, d’un sourire sincère et vrai. Un sourire…. Joyeux. Qui se dissipa peu à peu. « Non, tu ne parle pas trop, je crois que… J’ai hate de venir à Elefteri avec toi. »

Un regard au dehors il faisait déjà bien nuit… Et de toute façon elle devait être fatiguée, ça ne serait probablement pas ce soir que nous partirions, je devais dans ma hate, quand meme rester réaliste.

« Tu es la bienvenue pour te reposer ici, j’ai une chambre en plus dans mes appartements, ou bien, je ne sais pas ou elles font dormir leurs invités… Et puis… Nous partirons quand tu le désireras » J’essayais tant bien que mal de cacher mon impatience…. Mais… Je crois que je n’y arrivais pas.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: {fini} « Cendres de Lune ▬ Aela. Ven 24 Déc 2010 - 10:41

La compagnie d'Artémis était fort agréable. Elle était peut être un peu dépressive ou tout simplement perdue dans ce nouveau monde qu'elle ne connaissait pas, mais j'avais l'impression d'avoir quand même des sourires de sa part et surtout qu'elle était très sincère en mon égard. Et je savais, je sentais quand on était sincère envers moi ou pas. Et je pouvais me montrer maladroite, après tout je n'étais pas vraiment un modèle des relations humaines, j'avais toujours été plus ou moins solitaire et ça me plaisait bien. J'étais devenue garde du corps après meilleure amie de ma déesse, mais si ça colle entre nous c'est à cause de notre indépendance … pour ce qui est du Bataillon Sacré … ça c'était autre chose. C'était des frères d'armes avec qui je n'avais pas à faire la conversation.

Je hochais de la tête. Oui je pouvais comprendre ce sentiment. D'être faible se sentir faible et diminué. Quand j'avais du tuer … enfin a un moment de ma vie j'avais été pareil. Mais il faut se remettre en selle. Mais jamais je n'oserai lui dire de telles choses, après tout, chacun prenait le temps qu'il voulait et dont il avait besoin pour se remettre d'une chose. « Ne vous inquiétez pas, les choses vont bien finir par s'améliorer. Et puis bien sûr elles ne veulent que votre bien. Dites leur que vous avez besoin de moments rien qu'a vous, si vous voyez ce que je veux dire. Peut être que ça ne changera rien, mais au moins vous l'aurez dit. Ça vous fera du bien à vous de pouvoir le leur dire. » je souris, oh je ne devais pas être d'une grande aide qu'est ce que j'en savais de tout ça après tout.

« Il y a toujours de la lumière au bout du tunnel. » je souris doucement « Il y a un proverbe breton qui dit Seul mui a vugulion a vez e vez falloc'h gouarnet ar saout » je terminais mon assiette « Plus il y a de bergers, moins bien sont gardées les vaches. » je ne la comparait pas à une vache mais l'idée était de ne lui attribuer éventuellement qu'une seule ou deux personne. Qu'elle se sente tout de même libre. Mais j'étais dans la demeure des Amazones et je ne me permettrai pas de prononcer de jugements quand elles avaient été d'une hospitalité agréable. Et puis, ce n'était pas par rapport à elles que je citais ce proverbe mais pour la jolie Artémis.

« Hé bien ce n'est pas grave, ce n'est que partie remise. » je ne disais pas ça par obligation, bien sûr j'étais ici à la demande de Gaïa mais Artémis était une déesse que j'appréciais beaucoup et sa compagnie m'était agréable. « Ou nous irons dans les alentours d'Elefteri avec Gaïa. » proposais-je en souriant.

« Bien c'est convenu alors » dis-je en entendant que le plaisir serait partagé. « Vous ne la dérangerez pas, et elle sera enchantée de vous recevoir. Vous savez elle vous apprécie beaucoup. Contrairement aux autres Dieux. Je crois qu'il n'y a que vous qu'elle apprécie d'ailleurs » je souris doucement, je pouvais comprendre Gaïa même si je ne partageais pas entièrement son avis. « Mais pou ce dernier point je ne peux en parler pour elle. Mais pour en revenir à notre sujet, elle sera vraiment ravie et attend déjà de vos nouvelles quand je retournerais la voir, vous voir à mes côtés sera inattendu mais agréable. »

Les choses étaient vraiment très enthousiasmantes, j'appréciais l'idée de nous retrouver à quatre autour du feu, d'un repas ou d'une discussion mouvementée. J'avais déjà hâte. Mais je parlais déjà bien trop ce qui n'était pas du tout dans mes habitudes. Je rougis légèrement quand elle me disais que je ne parlais pas trop, je savais bien que c'était pourtant le cas. « J'ai hâte moi aussi que vous veniez à Elefteri. »

La nuit était tombée très rapidement, il n'était pas prudent de repartir maintenant, et je ne le risquerais pas en escortant la déesse. Je savais me défendre et elle aussi mais je ne prendrais pas ce risque de la mettre en danger sous prétexte de repartir rapidement. « Le repos sera nécessaire je pense. La route est assez longue, et il fait bien trop nuit pour partir maintenant ça serait folie. Un repos sera le bienvenue et à l'aube nous pourrons partir. Si cela vous va bien entendu. » je la regardais doucement. Pour l'endroit où dormir je n'en avais cure, après tout je n'étais pas là pour me reposer. Je souris en voyant ses yeux briller d'impatience, mais pour le moment ma déesse il faudra faire preuve de patience.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: {fini} « Cendres de Lune ▬ Aela. Sam 25 Déc 2010 - 21:51

J’aimais la compagnie. J’aimais cette soirée… J’aimais la tournure qu’avaient pris les evenements, et oui… Je pouvais l’avouer sans honte, j’etais heureuse. C’était un sentiment nouveau que je n’aurais pas vraiment su expliquer… Quelque chose qui faisait…. Tout chaud à l’interieur meme de l’être. Quelque chose que … c’etait bon. C’etait bien. C’etait vraiment agréable. C’etait… le bonheur. La joie… ? C’était ça être heureuse… J’en étais sure c’etait ça être heureuse. Et je souriais. Je souriais à chacun des mots d’Aela. Je souriais à mes pensées. Je souriais à ses sourires… Elle devait me prendre peut être pour une imbécile heureuse. Elle n’aurait pas tort… J’etais parfois vraiment… Oui vraiment ,pire que la plus pire des enfants. Pardonnez le langage, je sais que ce n’etait pas très correct comme façon de s’exprimer. Et rien que cette pensée encore me donna le sourire. Après les moues de dépressives… Voilà la vague des sourires. Je me faisais de la peine… J’avais été brillante… Avant. Pourtant. J’avais meme eté respectable. Mais maintenant…. ? Je me faisais de la peine. C’etait tout l’effet que je me faisais. C’etait… triste.

Mais le sourire disparu alors que j’evoquais la surprotection à la quelle j’etais soumise. Aela comprenait… Bien sur qu’elle comprenait… Qui n’aurait pas compris. Mais elle était sage. Bien sur… Oui. Je souriais encore un peu. Il n’y’avait rien à répondre. Elle savaient, je leur avais dis pourtant qu’il y’avait des moments ou j’avais besoin de ma tranquillité, mais elles persistaient. J’etais une déesse… J’etais menacée. J’etais fragile. C’était pour mon bien. Mais mon calme intérieur, ma fierté aussi… y pensaient elles quand elles gardaient jusqu'à la porte de mes endroits de toilettes… ? J’en doutais. J’etais… enfermée dans une prison dorée d’ou je pouvais m’echapper, uniquement si les gardiens avaient le droit de me suivre pour me protéger d’un monde que j’avais affronté tant de fois du temps de mon immortalité.

Le sourire un peu niais, réapparu pourtant quand elle cita un proverbe à propos de vaches. Au fond, j’etais un peu vexée d’etre comparée à une vache, cet animal disgracieux et peu utile… Animal de sacrifice, mais je comprenais ou elle voulait en venir, et je n’étais pas du genre à m’enflammer pour une telle chose… Je ne l’etais plus du moins. Et puis, je comprenais son proverbe, il n’etais que trop juste, et trop justifié… « Va donc leur dire, qu’une seule amazone suffirait amplement à me protéger, d’autant qu’elles ont probablement mieux à faire que de surveiller mon arriere train… » Mieux à faire comme participer au bataillon de l’armée libre à Elefteri par exemple, sous les ordres de leur si belle reine. Ce que … visiblement elles ne faisaient pas, puisqu’elles étaient occupées à savoir si ma robe rouge ne m’aggressait pas, ou si les oies sacrificielles n’avaient pas picorérs mes doigts pendant que je les nourrissais, ou les préparais…. C’etait. Ridicule. Vraiment ridicule. Et je ne doutais pas que peut être Aela aurait pu leur faire entendre raison. Mais elle considererait suremement qu’elle n’avait rien à dire…. Que ce n’etait pas son rôle. Et ce n’etait probablement pas le cas. Alors… Autant ranger mon espoir dans ma poche, et m’accrocher à d’autres lueurs d’espoirs. Comme ces images qui se formaient dans ma tete. Elefteri, Gaïa… Quelques journées agréables en excellente compagnie. J’avais hate. J’avais vraiment très hate… Et nul doute que j’apprecierais ces moments la avec elle, avec Gaïa, avec Dastian aussi… Que je ne connaissais que très peu.

Des promenades aux alentoures d’Elefteri hein… ?J’esquissais un sourire encore plus grand si cela était possible, et je rayonnais d’un bonheur qui devait emplir la pièce. J’avais enfin des projets.

Gaïa. J’avais hate de revoir Gaïa, que j’estimais tellement, et aimais tout autant. Elle m’avait acceuillie quand j’etais tombée sur terre, que j’avais tout perdu. Et selon les dires d’Aela, elle m’estimait également. De toutes les manieres cela se voyait au cadeau qu’elle avait confectionnée pour moi. Je ne savais pas comment… le prendre. La mère de tout en personne comptait parmi mes proches. J’etais honorée. Assurement honorée. Et extrêmement flattée par tout ce que la celte me disait. En fait, j’avais énormément de mal à cacher la rougeur qui prenait place sur mes joues. Mais j’arrivais à rester cohérente, à me modérer et a me persuader qu’il fallait attendre demain. Oui, j’etais sage … Parfois.

« Bien… Bien. » Ma voix tremblait un peu… J’etais comme une enfant qui découvre le monde pour la première fois. Et j’appelais une amazone toute proche en gardant le grand sourire. Ca devait être rare de me voir sourire, car je vis une lueur d’inquietude passer derrière ses yeux. Mince… Maintenant je ne me rappelais plus de son prénom. « Chandra » Allez on allait dire que c’etait ça. « Chandra, est ce que vous pourriez organiser un endroit pour que mon amie passe la nuit ici. » En un sourire j’avais prononcé la phrase. Et je ne prêtais meme pas attention au ‘je m’appelle Lysandre’ de la jeune amazone, ne relevant les yeux que quand elle repartait en affirmant qu’Aela serait bien traitée. Et… bien. Tout cela s’annoncait merveilleusement bien .Mais ne sachant pas vraiment si cela signifiait aussi la fin de la soirée, je regardais la guerrière.

« Je devrais peut être aller préparer quelques affaires, et te laisser te reposer maintenant. »

Comme une question qui restait en suspens.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: {fini} « Cendres de Lune ▬ Aela. Dim 26 Déc 2010 - 13:06

FIN DU TOPIC
Suite à venir
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: {fini} « Cendres de Lune ▬ Aela.

{fini} « Cendres de Lune ▬ Aela.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Lune Cryz : Éleveuse [Fini]
» Soeur pour toujours (Petite Lune) ::FINI:: suite dans la mer originelle
» Un soir de pleine lune
» Les voies de la damnation - les cendres de Middenheim
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
When The Gods Falls :: Hors des Terres :: Archives :: Archives version 1-