Partagez|

Land Of Dying Stars Feat. Aela

InvitéInvité
MessageSujet: Land Of Dying Stars Feat. Aela Ven 17 Déc 2010 - 11:24

Ce soir là, où la pleine lune était à son zénith j'étais de garde. Ou du moins j'avais décidé de faire le tour de garde à la place d'une jeune recrue très fatiguée et qui semblait ne plus pouvoir tenir debout même avec toute la volonté du monde. J'étais en armes et armure sur le mur deux quand Aela débarqua de je ne sais où. Mais je vis qu'elle était sous l'emprise de l'alcool à la voir tanguer ainsi dangereusement. Aela me sauta dans les bras et je pus sentir son haleine fortement alcoolisée. Elle était bien entamée. Et par dessus le fait qu'elle soit ivre, sa tristesse m'envahit. J'étais troublé tandis que je l'avais dans les bras. Je la reposais au sol, gardant sa tête contre la cuirasse de mon armure et caressait ses cheveux. J'ignorais si elle pleurait à ce moment-là ou pas.... Finalement je l'emmenais dans la citadelle en la portant dans mes bras, plus précisément dans ma chambre pour qu'elle puisse se reposer...En attendant j'avais mis deux de mes serviteurs à son service et je retournais faire mon tour de garde tranquillement et sereinement.

Tandis que je retournerais sur le mur deux, je me posais des questions sur le chemin. Pour une fois, je n'avais pu lire son âme ce qui me troublait encore plus. J'avais essayé pourtant et cela n'avait rien donné. Tout était opaque comme si elle cherchait à me cacher des choses. Et puis merde....pourquoi me cassais-je la tête ? Si elle me cachait des choses....peut être avait elle une raison de les cacher après tout...Comme pour moi et mes secrets. Je demandais à un soldat de prendre ma place et retournais à la Citadelle. Tout en traversant les Murs et en saluant mes hommes, tous braves et tous fiers de se battre pour la liberté. Je saluais mes frères Spartiates, saluais encore les douces Amazones que Krystéhal m'avait fait envoyé et finissais par saluer les fiers Grecs Athéniens, Thébains....Peu importe leurs origines, ici nous étions la Légion du Dragon. Ici nous défendions la liberté et l'espoir. Je rentrais dans la citadelle me rendant dans ma chambre. Un de mes serviteurs, le plus vieux et le plus fidèle, un vieil ami que je considérais comme un père vint me signaler que la jeune femme dormait. Je rentrais sans faire de bruit, prit quelques affaires et me changea dans la chambre d'amis adjacente. Et j'attendis tout en jouant à un casse-tête.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Land Of Dying Stars Feat. Aela Sam 18 Déc 2010 - 15:20

Stupide, Stupide j'avais été Stupide! Quelle Stupidité * Bravo Aela, vraiment Bravo, tu as été d'un jugement implacable et dire que tu fais partie du Bataillon Sacré toi? Tu n'as pas plus de Jugeote qu'un petit pois! * qu'est ce qui m'avait pris enfin quelle idée complètement stupide. J'errais dans les rues, les chemins d'Elefteri, je ne savais pas où me menaient mes pas je ne reconnaissais pas le sol sous mes pieds. Tout se dérobait et je savais que j'avais ingéré beaucoup trop d'alcool pour une seule personne. Surtout pour moi qui n'aimais pas boire mais j'en avais besoin j'en avais ressenti le besoin. C'était pas habituel j'étais d'habitude droite et fière et la j'étais toute courbée hilare et pourtant si triste. J'étais …

Le bar était presque rempli et j'avais pris le temps de me changer, passer à la maison pour prendre une bonne douche, j'avais eu une journée d'entrainement épuisante. J'en sortit pour mettre une petite robe ce qui n'était pas dans mes habitudes quand on me connaissait. J'avais bien entendu toujours mes bottes et mes cuissardes et mon épée à ma taille, mais j'avais laissé mes cheveux longs tomber sur mes épaules frêles que personne n'imaginait tenir un arc. J'avais même été dans la chambre de Gaïa pour une dérober une des fragrances que j'aimais tant et en mettre un nuage dans ma nuque et mes cheveux défaits. Oui pour la première fois de ma vie je m'étais faite belle, coquette. Et je savais que Gaïa ne m'en voudrait pas elle qui me rabâchait d'être féminine plus souvent. Je le faisais. Ainsi déguisée parce que c'était absolument pas celle que j'étais habituellement ce qui explique que quand je suis entrée dans le bar plusieurs regards se sont tournés vers moi. Les soldats mes compagnons qui ne voyaient qu'en moi la guerrière vierge encuirassée dans ses habits étaient surpris de voir que j'étais également une femme.

Mais c'était bien débile et absolument idiot de penser que ça aurait pu changer quelque chose. Qu'il me voyait autrement. Que j'aurai pu … non c'était impensable, j'avais été stupide et je le savais bien. Je pouvais me cacher derrière ce que je voulais, je savais bien que ça n'était pas possible, c'est bien pourquoi j'avais tant repoussé ce moment.

Plusieurs de mes frères d'armes essayaient de parler et je faisais la discussion ignorant totalement leurs regards sur mon corps assez dévêtu qui laissais entrevoir des tatouages que personne n'avait encore eu l'occasion de voir. Souriante ce qui n'était pas mon habitude non plus je me rapprochais de mon but, je le cherchais des yeux. Et voilà qu'il était là devant moi … Dastian Exodia. Le champion de ma déesse. Celui qui habitait mes pensées et mon cœur.

Ma cheville vint buter contre la marche d'escalier et je laissais échapper un juron très sonore bien des escaliers … Essayons de les monter sans faire de dégâts. Je gravis les escaliers sans tomber ce qui fut un miracle. Je le voyais plus grand chose pourtant … je pensais encore très clairement, comme c'était possible aucune idée. Les celtes étaient ils vraiment plus résistants à la boisson? Aucune idée vu que je tanguais comme pas possible!?

Il était seul dans un coin du bar et buvait je ne sais quoi. Un grand sourire aux lèvres je m'approchais de lui et il relevait la tête. Ses yeux bleu me faisaient perdre la tête tout de suite. Deux lacs d'une profondeur infinie, je pourrais volontiers m'y noyer. Il se pourrais un peu et me laissais m'asseoir sur la banquette à ses côtés ce que je fis. Il me regardait de la tête aux pieds et me sentais un peu gênée. Et en tout cas j'essayais de ne pas le laisser paraître. Il me demanda doucement ce que je voulais prendre et quand je lui répondit la même chose que lui il fit signe à l'aubergiste qui ne tarda pas à nous amener la boisson. J'y plongeais le nez aussitôt afin de me donner des forces. Il me faisait la conversation doucement, de manière polie mais très amicale. Après tout nous nous connaissions depuis un bon moment et nous voyions en dehors du Bataillon Sacré. Nous vivions sous le même toit. C'était la principale raison pour laquelle j'étais tombée sous son charme. Je répondais évasivement posant ma main sur son bras musclée et dévoilant mes dents blanches à force de sourire.

La nuit était déjà bien commencée et j'étais toujours affublée de ces habits de malheur. Ces habits qui ne reflétaient pas qui j'étais, ces habits qui avaient mis mon égo en berne. Ces habits maudits. Je marchais sans but sur la muraille. Butant de temps en temps, et regardant au loin. Est ce que par de la les montagne mes parents vivaient encore. Qu'est ce qu'ils penseraient de leur fille. Leur fille unique. Qui avait commis tant de chose, leur fille bannie de la maison familiale. Et qui sans qu'ils le sachent avaient apporté la honte sur leur famille ce soir là. Je m'accoudais à un orifice dans la muraille et soupirant mes yeux se perdaient au large.

Après une bonne dizaine de verres je trouvais le courage de lui parler. Nous étions toujours tout les deux, je remerciais le ciel que personne ne nous ait dérangé en ce moment même. Reposant mon dos contre le mur frais de la taverne j'étais repue et remplie. Je tournais mon regard vers lui qui continuait à me regarder et je crus déceler une lueur d'intérêt à le voir me regarder ainsi. Cruelle erreur! Mortelle Erreur! Fatale Erreur. Je me relevais doucement à moitié et enroulant mes bras autour de son cou je déposais mes lèvres sur les siennes.

Je repris mon chemin cette image imprimée devant mes yeux. Quelle idiotie, quelle stupidité. Je m'en voulais, je me sentais faible, je me sentais mal ça ne me ressemblait pas. Les hommes étaient des créatures du mal. Les hommes étaient pas fait pour moi, fière guerrière celte. Je devrais le savoir vu mon expérience. J'entendis le pas de quelqu'un arriver au loin et j'eus du mal à me réaliser qu'il s'agissait de Delmos. J'avançais moi aussi vers lui et quand il ne fut qu'a quelques centimètres de moi je me laissais tomber dans ses bras.

Les bras forts et puissant de Dastian agrippèrent mes épaules mais alors que j'espérais qu'ils me garderait près de lui ils me repoussaient. Ma bouche se décolla de la sienne avec un bruit distinctif de succion et mes yeux fuyaient les siens à présent. « Je suis désolée »

« Je suis désolée » murmurais – je doucement alors que je sentais que la main de Delmos caressait mes cheveux. Je sentit l'eau venir à mes yeux mais ma tête tomba légèrement sur le côté et je tombais dans un sommeil.

Il me regardait avec de grand yeux tandis que je m'éloignais un peu plus de lui. Je me sentais seule au monde. Je me sentais trahie et surtout plus que tout … je me sentais idiote. « Je … suis désolée … je … » je tournais la tête ses yeux bleus luisaient d'incompréhension et moi je cherchais un point de chute pour les miens. Personne ne semblait avoir rien vu tant mieux. Je pris ma choppe et la descendit d'un trait. Une larme coula sur ma joue et alors que le tavernier amenait la même chose je sentis la main de Dastian se poser sur ma joue. Prenant mon menton dans sa main il ouvrit la bouche.

Quand j'ouvris les yeux je ne savais pas où j'étais, je n'avais jamais été ici. Qu'est ce qui s'était passé? Ici l'atmosphère était apaisante et douce. Où est ce que je pouvais bien être, je n'étais pas chez moi, je ne connaissais pas ce lieu, ça ne ressemblait à nulle part où j'aurais pu être. Est ce que la mort ressemblait à ça?

Les mots qui passèrent le seuil de ses lèvres ne me plurent pas et a ce moment, la situation et l'alcool ingéré n'aidant pas, je ne pouvais pas comprendre qu'il essayais de me protéger, de ne pas me blesser. Il disait qu'il m'aimait oui, mais pas de la même manière que moi. Comme une petite sœur sur laquelle il veillerait. Il me disait que ça ne changerait rien du tout et il grimaçait quand il me voyait boire à grande gorgée les verres qui venaient de plus en plus rapidement, mais je sentais qu'il ne savait pas quoi dire ou faire. Il me disait que ça ne l'empêcherait pas de continuer à me considérer comme une très bonne amie comme une sœur et une alliée. Une très belle femme et une guerrière hors pair. Mais que tout simplement son cœur était déjà pris. A ces derniers mots je laissais échapper mon verre qui vint se vider au sol et mouiller mes pieds. « GAST! » laissais-je échapper sous la colère avant de me reculer et me lever rapidement pour m'enfuir en titubant dans le noir de la nuit.

Je me levais, j'avais toujours cette espèce de robe, symbole de mon humiliation, mes cheveux étaient toujours détachés et je sentais toujours ce parfum qui si je le trouvais agréable auparavant me connais maintenant la nausée. Mon épée n'était plus à mon flanc et on m'avais retiré mes bottes et cuissardes. Elles étaient près de la porte. J'avais une horrible migraine et je sentais que l'alcool n'était pas encore parti de mon système j'ignorais depuis combien de temps j'étais là. Me redressant sur le lit je dis à haute voix

« Il y a quelqu'un? »

Land Of Dying Stars Feat. Aela

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Under the stars - feat. Damu
» counting stars. || feat. N U A G E D E P L U M E
» Dallas' Stars
» tutorial chariot de guerre sur base de land raider
» land speeder dark eldar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
When The Gods Falls :: Hors des Terres :: Archives :: Archives version 1-