Partagez|

Offres déraisonables[Delmos]

InvitéInvité
MessageSujet: Offres déraisonables[Delmos] Dim 19 Déc 2010 - 11:03

Une fois de plus le soleil s'était couché bercé par les cris de douleurs et les râles agonisant des soldats sur le champ de bataille. Déjà deux semaines que cette escarmouche durait, deux semaines que les troupes de Cronos essayaient de faire rompre cet avant poste Elefterite, deux semaines que le Titan fulmine d'impatience en observant de sa tour de guet le métal des armes pénétrer dans la chair, la terre était ivre de sang et rassasiée des entrailles des hommes. Il lui tardait de voir enfin flotter sa bannière sur les remparts de ce fortin qui se dresse sur sa route et enfin de s'attaquer à la citadelle d'Elefteri.

L'armée qui lui fait face a beau être composée d'hommes venant des quatre coins de la Grèce, elle n'en est pas moins organisée et redoutable, de plus commandée par de brillants généraux et surement motivée par autre chose que la terreur, tout l'opposé des troupes du Titan, qui avait rassemblé des tribus venant de tous les horizons. Cavaliers numides, infanteries thrace, guerriers scythes, archers nubiens et autres tribus renégates et nations maudites s'étaient ralliés sous l'étendard ensanglanté des titans, reniant leurs croyances et leurs espérances afin d'anéantir la Grèce et le dernier rempart de la civilisation antique.

Le bilan de cette journée fut aussi pitoyable que les autres, statu quo, autant de perte d'un côté comme de l'autre. Les hommes tombaient lentement et inexorablement comme les feuilles d'un chêne à l'approche de l'hiver, de plus l'approvisionnement des troupes en armes et nourriture devenait de plus en plus en compliqué. De dépit le faucheur se retira dans ses appartements, une grande tente en toile noire avait été érigée en son attention, elle était constamment gardée par des soldats d'élites de sa garde personnelle, nul ne pouvait deviner que derrière leurs apparences de guerriers vêtus de pourpres et protégés par de lourdes armures sombres se cachaient des créatures monstrueuses. Il en était de même pour les servantes du dévoreur à moitié femme, à moitié autres choses qui scellaient leurs origines monstrueuses sous une belle enveloppe charnelle.

La senteur de l'huile que répandait la servante sur son corps réveillait les sens du général, la masseuse, avait relevé l'himation rouge comme le sang dont été vêtu le Titan, elle s'était assise à ses pieds et commençait à frictionner énergiquement les cuisses de son maitre, le voile fin qui nappait son corps, laissait apparaitre ses petits seins, douce vision pour le dévoreur assis sur son Klismos.

Soudain une brise vint faire danser les flammes des lampes à huile qui éclairaient la tente, la servante stoppa son action, elle sentait l'odeur de cet intrus qui avançait, la beauté se mua en créature reptilienne, sa peau douce et sans défauts se recouvrit d'écailles, ses yeux devinrent rouge et vitreux et ses ongles devinrent des serres aussi dure que l'acier. Dans un cri de rage la créature se rua vers la menace.

Le titan ne montrait aucune crainte, il attendait de voir qui se présenterait à lui sa servante ou l'intrus.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Offres déraisonables[Delmos] Mer 29 Déc 2010 - 21:06


Muzicons.com

Pour la énième fois, le soleil s'était couchée sur fond des cris d'agonies et de douleur des soldats sur le champ de bataille. Et cela durait depuis deux semaines. Deux semaines d'escarmouches incessantes tandis que les troupes de Cronos tentaient de faire rompre mon avant poste mais mes troupes tenaient bon. Au moins pensais-je, je n'avais pas la plus redoutable des armées pour rien. Mais quelque chose me donna des sueurs froides. Une pensée. Nous ne tiendrons pas longtemps. Il fallait que je fasse quelque chose mais quoi. Je l'ignorais et fulminait de rage tandis que je regardais depuis la protection fortifiée que m'offrait la citadelle le carnage qui se perpétrait sur les murs un et deux et dans la plaine. J'observais de mon point de vue le métal des armes pénétrer dans la chair, et vis la terre qui était ivre de sang et rassasiée des entrailles des hommes. Je n'étais pas sans ignorer qu'il tardait à Cronos de voir enfin flotter sa bannière sur les remparts de la cité fortifiée et de mettre à feu et à sang Elefteri. Chose qu'il n'obtiendra jamais, parole de celui que je suis. Peut-être un Titan, peut-être un Dieu. Seul mon père dont j'ignorais le nom pourrait y répondre.

L'armée qui me faisait face était d'autant plus redoutable et motivée que la terreur, tout l'opposé ma Légion. Les troupes de Cronos avaient rassemblés des tribus venant de tous les horizons. Cavaliers numides, infanteries thrace, guerriers scythes, archers nubiens et autres tribus renégates et nations maudites s'étaient ralliés sous l'étendard ensanglanté des titans, reniant leurs croyances et leurs espérances afin d'anéantir la Grèce et le dernier rempart de la civilisation antique..Sauf qu'ils ne l'auraient jamais....Il faudrait m'affronter avant.

Je fis le bilan de cette journée qui était aussi pitoyable que les autres, nous étions à égalité avec autant de perte d'un côté comme de l'autre. Les hommes tombaient lentement et inexorablement comme les feuilles d'un chêne à l'approche de l'hiver, de plus l'approvisionnement des troupes en armes et nourriture devenait de plus en plus en compliqué. Ce qui me fit penser à une chose. Une idée que je n'aimais pas..... J'allais devoir faire une trêve avec Cronos....C'était le seul moyen de sortir de cette impasse. Cependant je n'irais pas envoyer de messages pour signaler la trêve, ni déposer les armes pour me rendre, ni même implorer sa clémence. J'irais directement le voir là-bas, dans sa tour qui surplombait le champ de bataille. En plein cœur du camp ennemi. J'enfilais mon armure complète munie du Gantelet du Chaos et des lames de poignets avec le gantelet d'acier articulé qui me protégeait la main et me permettait des attaques à mains nues dévastatrices. L'armure noire forgée dans le sang et les ténèbres munie d'une tête de dragon tous crocs dehors sur la cuirasse qui me protégeait le torse. L'armoirie de la Légion du Dragon. L'armure abyssale. Je sortis de la Citadelle, et demanda qu'on m'amène Ruine, mon cheval. Qui n'avait rien de la monture démoniaque mais tout d'un étalon noir standard. Je donnais mes ordres à mes Généraux puis sortit de la cité après avoir passé les murs. Seul dans la plaine, je chevauchais vers la tour de Cronos. Avec un rictus en coin. Peu importe l'offre qu'il me ferait, de toute façon je verrais bien, mais la guerre allait véritablement commencer bientôt...Cette guerre n'était qu'une escarmouche dans l'histoire, la légende qui sera écrite dans le sang par mon armée.

Un garde en noir m'arrêta avec sa hallebarde. Je le regardais dans les yeux, devinant le monstre qui se cachait en lui. La garde d'élite de Cronos. Des larves insignifiantes qu'il pensait dangereuses. << Je souhaite parler à Cronos...Dis lui que Delmos l'attend. >> lui dis-je d'une voix forte et assurée. Au fond de moi je pensais surtout au fait qu'il ne savait rien de moi.....mais je savais tout de lui au contraire.... Je descendis de mon cheval et le prit par la bride pour l'attacher dans le camp. Si quiconque le touchait....Il risquait d'avoir une surprise avec cet étalon un peu spécial...
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Offres déraisonables[Delmos] Mer 5 Jan 2011 - 19:23

La fidele servante s'apprêtait à attaquer ce guerrier en armure qui avait eu l'audace de s'aventurer si prêt de la demeure de son maitre, mais elle ne put se résoudre à lancer l'assaut, son ouïe fine lui permit de distinguer les paroles de l'homme, sa voix lui était inconnue, mais elle reconnaissait le fasciés pour l'avoir entraperçu à plusieurs reprises. Delmos le protecteur d'Elefteri était venu en personne dans le camp et plus surprenant il voulait parler a Cronos. Aussi furtivement qu'elle était apparue elle se faufila à l'intérieur des appartements privés du Titan pour lui relater les faits.

Elle s'approcha de Cronos prenant le soin de reprendre une forme plus humaine et plus agréable. Cronos était étonné de la voir revenir indemne, même lui qui ne craignait rien, ressentait l'énorme pression que dégageait l'être qui avait pénétré dans son camp, il n'existait pas beaucoup de créature pouvant lui faire ressentir cela et c'est sans surprise qu'il apprit qui était ce mystérieux inconnu.

« Maitre c'est lui et il veut vous parler. »

Pas de doute le lui, faisait bien référence à son ennemi, à celui qui lui tenait tête depuis plusieurs jours : Delmos. Un frisson parcouru son échine, ce n'était pas dû à la peur, mais à l'excitation de rencontrer enfin cet être et de régler ces comptes une bonne fois pour toutes. Il avait toujours en travers de la gorge, ces innombrables batailles qu'il croyait remportées et qui cependant lui échappaient a cause de cet homme. Mais la c'était différend, puisque que le général Elefterite était venu de lui-même se présenter à lui.

« Fais le venir. »

Ordonna-t-il sèchement à sa dévote, le regard illuminé par un léger éclair bleuté, dans un coin de la pièce, un beau quartier de viande rôtissait tranquillement, au-dessus d'un âtre rougeoyant, sous la bonne garde de deux autres servantes. Il fit un signe à l'une d'elle qui aussitôt lui apporta une coupe pleine d'ambroisie, privilège des anciens dieux ravi par les Titans.

Quant à la messagère elle exécuta l'ordre de son maitre, en allant querir l'invité inattendu, elle s'approcha de Delmos et avec une voix sensuelle lui fit part du message du dévoreur.

« Seigneur Cronos est disposé à vous recevoir, veuillez me suivre. »

Elle engagea le chemin jusqu'à l'antre ou le Titan appréciait petite gorgée par petite gorgée la divine boisson bercé par le son mélodieux de la lyre de sa domestique. A l'arrivée de Delmos dans la pièce celle-ci s'interrompit tant ses doigts tremblants avait du mal à extirper des cordes de l'instrument, ce son si mélodieux, mais le regard courroucé de Cronos changea cette peur en terreur et c'est avec la crainte de devoir subir un châtiment mille fois plus terrible que la mort qu'elle se remit à jouer.

« Quand on m'a dit que tu voulais me voir, j'ai d'abord cru que tu en avais assez de la vie, mais quelque chose me dit que tu as autre chose en tête, vas y parle !! je t'écoute et fais vite mon temps est précieux. »

Il avait dit cela tout en restant assis entouré de ses servantes, il prenait le général de haut, mais restait sur ses gardes, après tout Delmos n'était pas n'importe qui.





Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Offres déraisonables[Delmos]

Offres déraisonables[Delmos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Bureau des offres !!
» Offres d'Emploi
» Les droits sur Alex Kovalev sont disponible pour réellement pas cher
» [Hypotrempe puissant ] Faites vos offres .
» Toute offres raisonnable sera evaluer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
When The Gods Falls :: Hors des Terres :: Archives :: Archives version 1-